Cours : Mélange des Couleurs de Jean marc Rives

 

 

Bonjour,

 

Aujourd’hui je suis heureux, de recevoir sur mon blog,  Jean marc RIVES, Artiste peintre, chanteur, poete, enseignant et écrivain.

Il nous écrits un article sur le mélange des couleurs.

 

 

A PROPOS DU MELANGE DES COULEURS

 

Introduction :

 

Au total, les six couleurs de l’arc-en-ciel : le violet, le bleu, le vert, le jaune, l’orangé, le rouge et quelques unes de leurs nuances peuvent être obtenues à partir du rouge, du bleu et du jaune. Ce sont les « couleurs primaires ». On les appelle ainsi parce qu’aucun mélange ne peut les faire naître.

 

Le violet, le vert et l’orangé sont des couleurs « secondaires » ou « complémentaires » parce qu’elles sont issues des trois autres et parce que chacune d’elles est le complément indispensable de la primaire qui n’entre pas dans sa composition pour reconstituer la lumière solaire.

 

Le violet est donc complémentaire du jaune, le vert du rouge et l’orangé du bleu (et vice versa).

 

A propos des tons et des nuances, si on mélange un bleu avec un orangé ou un rouge avec un violet, par exemple, on en déduit que la création de tons et de nuances est quasi-illimitée.

 

Il faut distinguer, toutefois, deux catégories de tons : les « tons chauds » et les « tons froids ». Parmi eux, il y a ce que l’on appelle les « tons rompus » et bien sûr les gris.

 

On appelle « tons chauds » les tons brillants, vifs et parfois exubérants comme le jaune, l’orangé, le rouge et leur mélange. Les « tons froids » sont des couleurs plus mélancoliques comme le bleu, le vert et le violet. Cependant, les tons froids peuvent devenir chauds si on les mélange avec une bonne quantité de couleur chaude. Ainsi, le vert deviendra chaud si on rajoute beaucoup de jaune dans sa composition.

 

Les tons qui ne sont ni rouge, ni bleu, ni jaune, ni orangé, ni vert, ni violet sont des « tons rompus ». Le vert, l’orangé et le violet ne sont pas des tons rompus. Ce sont des couleurs au même titre que les autres parce qu’elle gardent une lumière et une richesse égales aux couleurs qui les composent.

 

Lorsque les valeurs des tons rompus deviennent plus claires, on aboutit à des gris. Le gris n’est donc pas obtenu simplement en mélageant du blanc et du noir, mais il y a autant de gris qu’il y a de tons rompus et ils s’orientent soit vers les tons chauds, soit vers les tons froids.

 

Il existe aussi une « affinité des couleurs » : le mélange de deux couleurs de même nature (chaudes ou froides) donnera un résultat plus riche et plus pur que celui de couleurs de natures différentes qui, lui, sera plus terne.

 

On appelle « dominante » le ton qui dominera dans une association de tons chauds et froids. La juxtaposition joue aussi un rôle dans l’exaltation des couleurs : ainsi, le rouge et le vert, le violet et le jaune, le bleu et l’orangé seront exaltés si on les juxtapose.

 

Voici maintenant quelques conseils pour réaliser de beaux portraits ou encore des « académies » :

 

Le Portrait :AUTOPORTRAIT

 

Il n’y a pas vraiment de couleurs particulières pour éxécuter un portrait et, en tous cas, certainement pas la « couleur chair » car chaque visage a la sienne. Il y a des peaux tellement claires qu’elles tendent vers le bleu. D’autres sont dorées, rosées, ambrées, de la couleur du cuir ou de la terre.

 

 

Il faut donc avoir recours à des « mélanges savants » pour se rapprocher le plus possible du personnage. Les couleurs couramment employées sont à base d’ocre jaune, de terre de Sienne brûlée, de terre d’ombre et de terre verte. On peut y ajouter du blanc de Titane, jaune de Naples, jaune japonais citron, jaune de chrome foncé, Rouge de France vermillonné clair, laque de garance cramoisie, carmin, bleu de cobalt, bleu d’outremer, bleu céruléum, vert permanent foncé, vert Véronèse, terre d’ombre brûlée et, également, du Noir d’ivoire mais il est préférable de l’obtenir en mélangeant le bleu et la terre d’ombre ou des couleurs complémentaires.

 

En ce qui concerne la technique, il n’y a pas non plus de technique particulière mais il faut toujours mélanger les couleurs sur la palette et non sur la toile. La première application, y compris le fond, doit être faite avec une teinte claire mais le premier ton doit être plus foncé que ce que l’on veut obtenir au final. En fait, on doit commencer par les zones d’ombre et finir par les zones de lumière et non l’inverse, car il faut toujours aller de l’ombre à la lumière et non de la lumière à l’ombre.

 

Le Nu ou Académie :

 

 

Nu - 2Mêmes remarques que pour le portrait, il faut rechercher la couleur la plus appropriée au corps que nous voulons restituer, mais voici les couleurs les plus appropriées : blanc de zinc, blanc de Titane, jaune citron japonais, jaune des Flandres, jaune Hélios, jaune Sénégal, jaune japonais foncé, corail, rouge de France vermillonné, rouge Brueghel, rouge rubis, rouge Angelico, rouge grenat, violet d’Egypte, violet de Bayeux, bleu hortensia, bleu indien, bleu azural de manganèse, bleu de céruléum, bleu Touareg, vert Armor, vert Aubusson, vert anglais n°5, vert oxyde de chrome, vert émeraude, ton vert véronaise, ocre jaune, ocre de chair, ocre rouge, terre de Sienne Naturelle, terre d’ombre brûlée, brun transparent, noir de Mars, noir d’Ivoire.

 

Commencer par : ocre jaune et terre de Sienne brûlée pour séparer l’ombre et la lumière. Mélanger ensuite de l’ocre rouge et terre de Sienne brûlée pour établir un « modelé ». Baisser la tonalité des parties éclairées avec de la terre verte éclaircie et terminer par des verts et des bruns mélangés. Terre d’ombre pour les cheveux en mélange léger.

 

Ceci dit, n’oublions pas que l’Art est avant tout une liberté d’interprétation et que chaque artiste possède ses propres recettes, tout comme un cuisinier. Alors, bonne peinture et surtout il ne faut pas hésiter à rechercher et créer ses propres valeurs… son propre style !

 

21-03-2013 09-03-49Jean-Marc RIVES

 

Vous pouvez retrouver Jean Marc sur son site :

 

http://www.jmrives-peintre.odexpo.com/

 

 

 

 

Vous avez apprécié cet article ? indiquez-moi juste votre prénom sans accent et votre email, et je vous envoie gratuitement mon dernier Ebook. 

10 pensées sur “Cours : Mélange des Couleurs de Jean marc Rives

  • 23 mai 2013 à 12 h 55 min
    Permalink

    Bonjour Thierry, c’est sympa de laisser la place au autres de temps en temps. MErci pouce blog. J’apprends et je decouvre beaucoup grace à toi.

    Merci 🙂 🙂 🙂 Fabrice 🙂

    Répondre
    • 24 mai 2013 à 7 h 19 min
      Permalink

      Et oui , j’ai decidé de laisser de temps en temps la place à des artistes.

      Répondre
  • 20 mai 2013 à 12 h 56 min
    Permalink

    Maric pour ce post Thierry et à l’artiste, c’est gentil d ouvrir ton blog à d’autre.

    JC

    Répondre
  • 3 mai 2013 à 5 h 41 min
    Permalink

    J4aime ce post, et vous re merci pour tous ces renseignements

    MErci à vous jean marc et surtout Thierry

    Répondre
  • 25 avril 2013 à 14 h 16 min
    Permalink

    Il est vrai que la couleur et son mélange, et une autre science pour moi. Et le livre que tu mets gratuitement à notre disposition, prouve que c’est un sujet qui titillait deja les artiste au 16 ) siecle

    Jacques 🙁

    Répondre
  • 22 avril 2013 à 19 h 22 min
    Permalink

    MErci pour ce poste et surtout pour cet ebook, qui aborde le sujet avec délice, j’ ai été supris de voir que cette question, à toujours perturber les artistes peintres

    Répondre
  • 8 avril 2013 à 1 h 56 min
    Permalink

    C’est sympa de laisser la plce à des artistes, j’espere qu’il y aura d’autres articles avec d’autres auteurs.

    Acekard 🙂

    Répondre
  • 30 mars 2013 à 20 h 10 min
    Permalink

    Compte tenu de la très large gamme de pratiques qui sont considérés comme capables de produire des œuvres d’art, la réponse à votre question devrait être évidente.
    Pourquoi devrais être disqualifié quelque chose d’être un art purement fondée sur son origine au moyen d’un procédé ou moyen terme?
    Pour la petite histoire, le «numérique» n’est pas un médium. L’information numérique fournit des représentations virtuelles de n’importe quel nombre de supports analogiques (ainsi que d’autres qui n’ont pas d’équivalence analogique), à partir d’images, d’images animées, ou de son des objets 3D, etc, etc, qui ont toutes des propriétés différentes et des méthodes de création et d’édition. La plupart des exemples donnés sur le net, sont des images fixes numériques, qui est l’une des utilisations les plus classiques des outils numériques.
    Si vous êtes à la recherche d’expressions artistiques qui exploitent les qualités uniques des procédés numériques, vous feriez mieux de regarder l’histoire récente de l’art médiatique – à savoir que les travaux intègrent la technologie dans l’œuvre d’art elle-même. Des exemples qui comprennent le net art, art interactif, art génératif, performances audiovisuelles et d’installation, les objets fabriqués numériquement et ainsi de suite.

    Gérald

    Répondre
  • 29 mars 2013 à 7 h 29 min
    Permalink

    Bonne approche de la couleur, merci pour ce post

    damien

    Répondre
  • 28 mars 2013 à 3 h 12 min
    Permalink

    Grand merci pour ce partage sur ce blog.Thanks Encore une fois

    R4

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *