Comment maroufler : technique et préconisation

Qu’est-ce que le Marouflage ?

En peinture maroufler,

 

  1. c’est coller un tableau peint sur une toile avec de la maroufle en l’appliquant soit sur une toile pour la renforcer soit sur du bois ou sur un enduit de plâtre ou sur une muraille.
  2. Ces couvrir de la colle de pâte ou de la gélatine d’étoiles qui sont garnies de papier et clouté sur des châssis pour les rendre plus fermes et mieux tendus.

En règle générale, aujourd’hui, on maroufle pour les raisons suivantes :

  • pour fixer une toile peinte sur un support (mur, panneaux de bois, plafond ….)
  • Pour consolider une toile.
  • Pour réparer un accroc
  • Pour coller un papier sur un support

Ce qu’il faut savoir !

 

1 – Les combinaisons de matériaux.

Avant de coller un support sur un autre, il est important de connaître trois points essentiels et faciles à comprendre.

L’Hygroscopicité : Désigne la capacité de certains corps inorganiques et de tous les corps organisés vivants ou morts, à absorber l’humidité de l’air très rapidement. En règle générale tous les matériaux dits animaux, poils, fibre, peau, os,, sont sensibles à une chaleur excessive. Ces chaleurs les modifient fondamentalement en détruisant leur liaison d’hydrogène.

Risque lié à l’hygroscopicité des matériaux et mesures à prendre, Risque de développement de moisissures

Lorsque l’humidité relative de l’air est élevée, la teneur en humidité à l’équilibre des matériaux hygroscopique est si élevée qu’elle favorise le développement de moisissures.

Des moisissures apparaissent : sur des objets en cuir  sur du bois et de la laine, sur du coton.

Isotropie  et anisotropie : Qui a les mêmes propriétés physiques dans toutes les directions.

Porosité et perméabilité : la porosité d’un corps est définie par l’importance relative qu’occupent les vides que sa structure comporte sous forme de qualité ou de canaux capillaires, on ne doit pas le confondre avec la perméabilité, qui est la capacité de laisser traverser un corps liquide gaz.

 

Lorsque deux matériaux sont associés par superposition, les composants gardent chacun leurs caractéristiques, leurs variations dimensionnelles liées aux variations de l’humidité relative à l’air peuvent être identiques, proches,  nulles ou inverser.

En conclusion, avant de choisir, votre support de marouflage, vérifier bien ces caractéristiques techniques.

Exemple : si vous en collez un papier sur une toile de coton, le coton étant très sujet aux variations hydrométriques, cela pourrait aller jusqu’au déchirement de votre papier.

Si vous marouflez pour la première fois, il y a trois cas, au vous pourrez exécuter votre marouflage, sans trop de risques :

  • le marouflage  de papier sur toile
  • le marouflage  d’oeuvres sur papier sur un support en papier, carton ou bois
  • le marouflage de support vierge avant la réalisation de l’œuvre.

 

2 – Les matériaux pour le marouflage.

Les colles.

Les  naturelles : colle animale ou végétale, cire, résine, gomme, lin, farine, etc.

  • Colle Totin (colle de peau de lapin) on en trouve presque plus sur le marché Français. (inconvénient majeur elle se travail à chaud, donc il faut aller très vite)
  • Gélatine animale (inconvénient majeur elle se travail à chaud, donc il faut aller très vite)
  • Colle d’os
  • Farine de froment (vous trouver la recette de la colle à farine ici)
  • Farine de seigle
  • Mélasse
  • Térébenthine de Venise
  • Miel
  • La caséine
  • Casé Arti  (LB) ou Casa Alba (Sennelier)
  • La colle d’amidon de riz

 

Les synthétiques : on trouve dans le commerce des résines synthétiques dont je vis vous en citer quelques-unes de façon non exhaustive.

  • Liant acrylique
  • Caparol
  • Capaplex
  • Méthyl Cellulose
  • Plextol B500 & B 360
  • Encollage universel
  • La colle à papier peint
  • La colle à bois
  • La colle blanche en générale.

Il y en a bien d’autres surtout en ce qui concerne les colles synthétiques, mais certaines sont difficilement trouvables dans les commerces traditionnels.

Utilisation des additifs dans les colles.

Il est conseillé vivement d’ajouter à toutes les préparations de colles naturelles, un antiseptique, ils sont indispensables dans toutes les formules de colle naturelle. Par contre ils sont inutiles pour l’école synthétique.

 

3 – Les supports de marouflage.

Le papier

:

Dans le cas du papier,  je vous conseille de ne mal de ne maroufler, que du papier. En effet je vois mal maroufler une toile sur du papier, cela n’aurait aucune utilité. Ce support papier devra être fort, du type papier aquarelle 300 g, ou papier technique de 300 g et plus.

Le carton :

Personnellement je ne maroufle que du papier sur ce type de support, et je ne l’utilise qu’en cas où le papier que j’ai à maroufler  est déjà lui-même épais. Et je prends de préférence du carton à pH neutre.

Il faut de préférence encoller le dos du carton, pour que la colle exerce une tension similaire, au côté marouflé. Si vous ne le faites pas, la colle exercera une traction tel que le carton gondolerait.

Le bois :

Mon bois préféré pour maroufler une toile ou du papier  reste le médium nouveau produit, qui a le grand avantage d’être lisse et d’exister en grande dimension jusqu’à 2 m sur 3 m, et en différentes épaisseurs.

Comme pour le carton, si vous utilisez un bois dont l’épaisseur est fine, il est nécessaire d’encoller le dos du support.

Par contre, le désavantage du bois surtout pour des grandes surfaces, reste son poids.

La toile :

Il faut choisir de préférence une toile au tissage très serré. Il ne faut jamais utiliser une toile vierge de toute préparation, et préférez le lin ou une toile synthétique à toute autre fibre.

Achetez de préférence dans un magasin de beaux-arts une toile prête à emploi brute ou avec un encollage. Si vous achetez une toile brute, alors je vous conseille de la préparer avec un enduit universel ou une colle peau.

Le mur :

Le mur peut être un excellent support de marouflage,  il est résistant, rigide et stable. Mais attention vérifiait quand même qu’il ne s’écaille pas, ne s’écrit pas, ne se décolle pas, il ne soit pas humide et doit être lisse.

 

4 – Les outils

Pour la préparation des colles

  • Récipients et casserole
  • Bain-marie (pot en verre assez large pour passer un pinceau de type Spalter et qui se referme avec un couvercle & une casserole pour mettre ce pot)
  • Un petit tamis pour éviter les grumeaux.
  • Un mélangeur pour les grands volumes (ou un batteur sur perceuse)
  • Une balance
  • Verre doseur
  • Cuillères, louches et spatules en bois

Pour la préparation des supports

  • Éponges, chiffons doux
  • Marteau, semences et pince à tendre pour les châssis
  • Un panneau de médium ou de contreplaqué d’une taille supérieure à l’œuvre traitée
  • Un film polyester (vous trouver cela chez les spécialistes beaux-arts)
  • Une agrafeuse

Pour le marouflage

  • Spalters et brosse à encoller
  • Équerre et règle métallique
  • Cutter
  • Rouleau en caoutchouc
  • Raclette

5 – Mise en oeuvre du marouflage :

5  – 1 : papier sur papier,  carton et bois.

5 – 1 – 1  marouflage sur papier.

Le papier choisi doit être plus solide que le support original et plus rigide quelque part, on peut pratiquer un fonds tendu. Le papier humidifié et appliquer sur un contreplaqué voir un châssis ont chassé butèrent à la raquette après avoir posé un film polyester dessus, on enlève le polyester et maintient les bords du papier sur le contreplaqué par des bandes de papier kraft, on laisse sécher, on passe sur le papier sec une couche de colle pas trop fluide avec inspectèrent, on applique la couche d’intervention sans faire de prix, on repasse par-dessus une couche de colle un peu plus fluide, on laisse sécher, on pose éventuellement une seconde couche d’intervention de la même manière, on laisse sécher, on pose l’oeuvre sur un film polyester support en dessus, on l’on colle avec une colle légère et on le laisse quelques minutes se détendre l’humidité, on n’en colle la dernière couche d’intervention sur la même colle, quand le support original et bien détendu, on l’applique, en conservant dessus son film polyester, sur la couche d’intervention collée, on passe la raquette sur le film le pourchasser les bulles, puis on enlève le film et on laisse sécher.

Après séchage, on peut démonter l’ensemble en coupant les bords extérieurs du papier de marouflage et en séparant du contreplaqué.

5 – 1 – 2  Marouflage sur carton

  • Colle de peau 1 volume pour 10 d’eau
  • Caparol ou capaplex volume pour un volume d’eau

le grand problème du marouflé jeu sur carton, c’est que souvent la colle, exerce une traction sur le support et le déforme. Pour réussir à maroufler et je sur carton il faut équilibrer cette traction, en en collant les deux faces du support, et cela en même temps, sans attendre le séchage de la première face. Une fois sèche, on pose une ou deux couches de colle et on fait comme pour le support papier ci-dessus.

5  – 1 – 3  Marouflage sur bois

  • Colle de peau 1 volume pour 10 d’eau
  • Caparol ou capaplex volume pour un volume d’eau

il existe deux types de bois utilisés pour le marouflage, le contreplaqué marine et depuis quelques années le médium. Comme pour le carton vous encolleraient des deux côtés votre support bois. Par contre pour le bois je vous conseillerai vivement d’utiliser une colle acrylique.

Après le la technique de maroufler est identique à celle ci-dessus.

5 – 2 : Marouflage papier sur toile

  • Colle – Colle de farine & Colle de peau
  • Toile de lin décatie
  • Couche de protection, papier japon ou mousseline & 2 feuilles de  papier lavis.  (pour limiter l’impact des mouvements de la toile)

Vous aurez préalablement tendu votre toile sur un châssis, attention au droit fil et au décatissage.

On passera dessus une colle faite d’un mélange colle de farine et colle de peau de la consistance d’une pâte à crêpes. Ensuite nous installons le papier sur un support lisse et pas trop absorbant faces à encoller vers nous, nous nous mouillerons à l’aide d’une éponge le papier lavis  sans faire de flaques et jusqu’à qu’il soit complètement détendu. Nous  encollerons ensuite le papier et poseront colle contre colle. On chasse les bulles d’air et les excès de colle à la raquette passée sur un film polyester de protection.

On pose l’oeuvre à maroufler, sur un support de type contreplaqué ou médium, la face de l’oeuvre contre le support bois, entre le support bois et l’oeuvre nous mettons un film de polyester.

On fait un encollage léger je dirais même très léger sur l’oeuvre, puis nous posons la mousseline sur ce support, ensuite on entrait en colle par-dessus. Il est important que la mousseline dépasse de quelques centimètres de chaque côté de l’œuvre. On laisse sécher.

On vient coller la deuxième feuille de lavis  humide, sur la mousseline, après encollage des de support. On laisse sécher.

On n’encolle les deux feuilles de lavis, à l’aide d’une colle fluide, on chasse les bulles d’air à la raclette l’oeuvre protégée par un film polyester.

On laisse sécher environ 20 heures.

Dans certain cas, vous pouvez après complet séchage, passer un coup de fer à repasser sur l’œuvre protéger soit par le film polyester, soit par un tissu épais et doux.

5  – 3  : Marouflage toile sur Mur

  • Toile peinte
  • Colle synthétique de type caparol, capaplex ou Plextol.

Le Marouflage d’œuvre  peinte sur toile sur un mur permet à un artiste de réaliser une oeuvre au sein de son atelier avant de l’installer sur un mur.

Dans un premier temps, il faut préparer le mur, il doit être lisse, propre, exempt de trous et de bosses, et de préférence sans peinture. Vous allez humidifier le mur l’imprégner pur, de préférence de l’eau minérale ou de l’eau de pluie. Vous allez imprégner votre mur de colle  synthétique  (de type caparol, capaplex ou plextol) un volume de colle pour quatre volumes d’eau. Vous allez passer quatre à cinq couches de façon successive est toujours dans le frais. La dernière couche se fera avec une colle synthétique diluer à un volume de colle pour un volume d’eau. Vous allez laisser sécher pendant trois à quatre jours.

Si vous avez ensuite imprégné votre toile du mélange un volume de colle pour un volume d’eau, ainsi que le mur.

Vous allez appliquer votre toile sur le mur progressivement tout en chassant les bulles d’air à l’aide d’un rouleau en caoutchouc.

 

 

 

Vous avez apprécié cet article ? indiquez-moi juste votre prénom sans accent et votre email, et je vous envoie gratuitement mon dernier Ebook. 

11 pensées sur “Comment maroufler : technique et préconisation

  • 8 avril 2017 à 17 h 10 min
    Permalink

    Bonjour jai peint une toile de lin deux 2M par 2M elle a pour destination la devanture d’un restaurant en exterieur il y a juste un aprèt blanc sur le support qui va la recevoir qui est un encadrement déjà existant en bois dois je vernir la toile avant de la maroufler et quel colle serait mieux pour la maroufler ?

    Répondre
  • 28 octobre 2016 à 14 h 44 min
    Permalink

    bonjour,
    j’ai un très vieux tableau, sans valeur mais que j’aime beaucoup.
    Il est très abîmé et la toile se décompose.
    Je voudrai le maroufler sur une autre toile pour le solidifier, est-ce possible ?
    Et avec quelle colle ?

    Répondre
  • 31 août 2016 à 0 h 50 min
    Permalink

    Bonjour

    Pour la toile à maroufler le tissage doit être serré pour les petite format .Par compte le tissage doit pas être serré pour les grand format à moins je me trompe …

    Répondre
  • 16 août 2015 à 14 h 25 min
    Permalink

    Merci pour toutes vos explications et conseils très clairs. Cependant je ne trouve pas de réponse précise à mon cas qui est, il est vrai très spécifique.
    Je vais chercher en Inde, des peintures tribales qui sont exécutées sur une qualité de coton local très léger et faites en pigments naturels (terre, bouse, parfois acrylique aux quels sont ajoutées des résines). La toile très fine n’est ps facile à monter sur châssis, ça plisse et se détend. je voudrais maroufler ces œuvres sur un support plus costaud, une toile plus rigide, voire un autres support.
    J’ai peur que l’eau ne dilue la « peinture ». Quelle colle puis-je employer ? quels instruments ?
    que me conseilleriez-vous ?
    D’avance merci

    Répondre
  • 9 décembre 2014 à 15 h 31 min
    Permalink

    Merci pour les informations bien expliqué!
    J’espérais trouver les directions pour maroufler une toile peinte sur un autre toile pour le renforcer.

    Répondre
  • 20 juillet 2014 à 10 h 15 min
    Permalink

    Bonjour,
    J’ai marouflé avec de la colle à bois une oeuvre papier 50x70sur du contreplaqué de 58x78x1 (en laissant une marge autour de 4 cm) sauf que pas informée par la personne qui m’a conseillée ce procédé , j’ai pris du contre-plaqué bon marché (au lieu du Marine), qui maintenant gondole, et dès que le le mets à plat dans l’autre sens, les 4 coins se soulèvent.
    J’ai essayé de le mouiller avant le collage du papier et mis sous presse plusieurs jours mais dès que je l’enlève, il regondole à nouveau.
    J’ai pensé soit acheter un contreplaqué Marine d’1,5cm et coller l’ensemble dessus, vu que je ne peux plus décoller mon papier, mais est-ce que le contreplaqué qui gondole ne va pas entrainer le Marine à gondoler aussi ?. soit acheter des tasseaux en bois de 1,5 à 2cm et les coller sur le pourtour et le milieu ( comme un chassis) au verso du contreplaqué où est collée l’oeuvre ?

    Merci de m’éclairer.

    Répondre
    • 22 juillet 2014 à 11 h 57 min
      Permalink

      Bonjour sheerazade,

      Que ce soit du contreplaque mariné ou pas, c’est l épaisseur qui est importante.

      si vous travailler sur un support pas très épais, il est conseillé d’encollé les deux cote, et même de mettre une toile sur l’envers. comme cela la tension se fait simultanément des deux cotés.

      Donc pour vous soit vous reencolé une toile sur l’arriere de votre panneau, soit effectivement plus simplement vous pouvez mettre des tasseaux (le plus simples.) comme pour un châssis,

      cordialement

      thierry

      Répondre
  • 19 mai 2014 à 14 h 53 min
    Permalink

    Bonjour,
    et bravo pour votre site!
    j’ai lu avec assiduité votre article sur le marouflage de papier sur toile. Peut-on maroufler une oeuvre sur papier (huile sur papier) sur une toile (avec enduit universel) à l’aide d’une colle vinylique?
    D’avance merci

    M. Jeauneau

    Répondre
    • 26 mai 2014 à 8 h 00 min
      Permalink

      oui vous pouvez parfaitement coller une huile sur papier sur une toile.

      Mon Edgard GILLET, peignait à une époque des très grand format sur du kraft.

      après séchage, il marouflait son papier sur une toile, bien préparer.

      Si vous n’avez pas l’habitude, je vous conseille de faire des essais avant. Car le marouflage et une technique à la fois simple et complexe.

      cordialement

      thierry

      Répondre
  • 6 mai 2014 à 13 h 34 min
    Permalink

    Bonjour à tous,

    Quand on lit l’article cela semble facile. mais dans la réalité, c’est assez compliqué.

    amitié
    🙂 Louboutin 🙂

    Répondre
  • 26 avril 2014 à 13 h 17 min
    Permalink

    Bon complexe quand meme à mettre en place

    emily

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.