Comment aborder l’amateur d’art ou le collectionneur

10613062Aujourd’hui, ce n’est pas moi qui vous écris cet article, j’ai fait appel à un ami, qui tout comme moi, à l’art dans le sang.

Tout comme moi, il a un blog sur l’art (le NAABA), mais son approche est plus celle d’un amateur d’art, presque celle d’un collectionneur,  il vous fait découvrir  ses coups cœurs.

Et c’est à ma demande que Marc Ribagnac vous a concocté un post sur les amateurs d’art et les collectionneurs.

Je vous souhaite une bonne lecture

Thierry

 

L’amateur d’art et le collectionneur d’art sont des espèces relativement proches et des cas d’hybridation ont été constatés.

Le premier a pour caractéristique principale qu’il dit aimer l’art mais pas l’argent. Après analyse de son génome, nous pouvons affirmer qu’il manque du second pour assouvir son désir du premier.

Le second dit la même chose mais possède plus ou moins le second !

Comment aborder l’amateur d’art ou le collectionneur

Au fond du cœur de l’amateur ou du collectionneur sommeille souvent un artiste qui ne s’est pas accompli, par manque de talent, parce qu’il a choisi un métier plus sécurisant, etc.

Un collectionneur a besoin de posséder les œuvres, l’amateur va seulement les « consommer » : voir des expositions, écouter des concerts, voir des ballets, lire de la poésie, suivant la nature de l’art.

En face, les artistes pourront avoir deux attitudes opposées, avec toutes les nuances entre les deux : je suis mon chemin sans me préoccuper de la vente (et en général je ne vends quasiment rien) ou, je m’adapte à la demande. Le tao préconise le juste milieu !

Comprendre comment fonctionne un amateur d’art n’est pas sans intérêt, ne serais-ce que pour savoir l’aborder.

Premièrement, l’amateur d’art a besoin qu’on lui parle.

Comment aborder l'amateur d'art ou le collectionneur

Il y a peu j’étais dans une galerie de Grenoble pour une exposition de toiles de Warlis, de l’art aborigène d’Inde. Une dame a acheté une toile magnifique. Avec douceur mais insistance, elle a voulu qu’on lui parle de l’œuvre, qui l’a peint, quelle histoire elle raconte, etc. Elle sentait bien que cette œuvre est belle, qu’elle la touche en son âme, mais elle avait besoin d’être rassurée sur la valeur esthétique confirmée par un expert, besoin aussi d’avoir de la matière pour en parler à son tour quand sa famille et ses amis la verront.

Parler de son travail est quasiment impossible, c’est en fait entreprendre une psychanalyse. Le processus de création a quelque chose de mystérieux et c’est très bien ainsi. Si un jour, un chercheur stupide démontre que l’amour est dû uniquement à telle hormone, telle connexion dans le cerveau ou tel autre élément biologique, il aura tué l’amour. Pour la création c’est pareil.

Si l’artiste parle de son parcours, sa famille, ses études, sa technique, c’est beaucoup plus facile (plus neutre) et l’amateur d’art en sera très satisfait.

Bien entendu, j’exagère, mais l’art a repris une part du sacré qu’on a enlevé à la religion. Et l’artiste a quelque chose du saint, un être à part qui fait des choses qui nous semblent hors de notre portée. Quelqu’un que l’on a envie d’admirer. D’où l’intérêt de garder un peu de mystère, sinon l’artiste n’est qu’un mortel parmi d’autres.

quand l’amateur devient collectionneurComment aborder l'amateur d'art ou le collectionneur

Deuxièmement, quand l’amateur devient collectionneur, d’autres éléments rentrent en ligne de compte. Posséder une œuvre, signifie constituer un patrimoine.

Dans tous les cas, il y a une valeur symbolique, sociale. Même pour les nouveaux riches, afficher une œuvre de grand prix, surtout si on n’y connaît rien, attire le prestige, c’est du patrimoine social. C’est nettement plus classe d’afficher une œuvre d’art chez soi qu’une puissante voiture de sport. Et puis, s’il est possible d’acheter les deux…

Pour des œuvres de prix modeste, l’affichage social est le même. On montre aux gens qui viennent chez nous et en parlent ensuite, quelque chose de nous-même. D’où l’importance de pouvoir en parler.

En 2015, le Ministère de la Culture et de la Communication a publié une étude statistique sur les collectionneurs. Le tiers des collectionneurs possède moins de 50 œuvres, à l’autre extrémité 20% possèdent plus de 200 œuvres. Sur le plan financier un tiers des collectionneurs consacrent moins de 5.000 € par an, ce qui est déjà un beau budget.

Les motivations de l’engagement des collectionneurs sont plurielles et non univoques.

    • Engagement altruiste : certains disent avoir une responsabilité sociale et soutiennent des artistes ou des galeries. Les soutiens surviennent souvent dans des situations critiques qui menacent la poursuite de l’activité artistique de l’acteur concerné. Le geste altruiste peut naître d’une proximité esthétique, familiale ou amicale.
    • Enjeu esthétique et culturel : le collectionneur est motivé par la satisfaction personnelle de contribuer à l’art « en train de se faire ». C’est aussi par l’expérience et l’apprentissage que se forme le goût (learning by doing).
    • Enjeu social et distinctif : ici la satisfaction vient des rencontres, du positionnement social et des effets de distinction. Le milieu artistique est considéré comme valorisant, intéressant, stimulant.
    • Enjeu économique : cet engagement, notamment auprès des institutions, permet de disposer d’informations privilégiées sur les artistes prometteurs, d’autant plus précieuses que la majorité des collectionneurs, y compris les plus fortunés, se déclarent incapables de suivre l’escalade des prix propre au fonctionnement actuel du marché de l’art.

Si vous souhaitez en savoir d’avantage, le site Le Naaba sera ravi de vous offrir le guide de l’amateur d’art.
A un certain niveau d’investissement financier, les collectionneurs se font aider d’ « art advisor ». Ce sont des gens dûment mandatés pour courir les ateliers, les galeries, les foires, afin de repérer les artistes et les œuvres qui auraient du sens pour compléter la collection du mandataire.

logo-naaba-ok

Vous avez apprécié cet article ? indiquez-moi juste votre prénom sans accent et votre email, et je vous envoie gratuitement mon dernier Ebook. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.